Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/04/2009

Article de Christine Guillaume (L'HERAULT DU JOUR )

samedi 4 avril 2009
 

légende photo. Le site Cogéma n'a pas fini de faire parler de lui. Pour de nombreux lodévois, il ne faut pas y toucher et laisser la anture reprendre ses droits



Polémique. Après l’émission « Pièces à conviction » sur France 3 , l’opposition grandit autour  du projet économique sur l’ancien site Cogéma

 

« Faire une zone d’activités
  sur ce site est une hérésie
»

 Polémiques autour de la création d’un Parc d’activités Régional sur l’ancien site minier Cogéma. Après la diffusion de l’émission « Pièces à conviction » sur FR3, l’inquiétude se fait croissante et les langues se délient. La Région LR  va investir  22 Millions d’euros pour la création d’une zone d’activités économiques, sur le site du Bosc. Des anciens miniers et l’association Revivre tirent la sonnette d’alarme.Ils réclament des garanties  .Officiellement,  la Communauté de communes du Lodévois et Larzac par la voix de sa présidente Marie-Christine Bousquet se veut rassurante. Elle affirme que le site « a entièrement été dépollué »  Le maire de Lodève ne cache pas néanmoins les contraintes liées à l’implantation d’entreprises : « Ventilation des locaux, isolation du sol avec des bâches étanches… ». De quoi rassurer ? Pas vraiment. Pierre Guiraud, qui a vu son frère  et certains de ces copains mourir de cancers  reconnus  à l’issue de longue procédure juridique comme accident de travail , reste dubitatif « les personnes qui travailleront sur le site ont intérêt d’avoir une bonne assurance vie ». Pour la Criirad, laboratoire indépendant , s’appuyant sur  un rapport de l’IRSN «  faire une zone d’activités sur ce site est une hérésie ». Et, de  rappeler les substances radioactives  et millions de boues et produits contaminés enfouis dans le sous-sol ainsi que la surveillance accrue toujours en vigueur par Aréva.. Les militants de l’association environnementale  Revivre  quant à eux ,exigent l’application du principe de précaution «  on veut nous faire croire que ce site est dépollué, vous verrez dans 30 ans… ». La question reste entière :  pourquoi avoir attendu la diffusion de l’émission sur les sites Cogéma pour réagir et s’interroger sur les risques de pollution ?  Pourtant, le 18 février dernier, Georges Frêche et  les élus locaux installaient le premier syndicat mixte chargé de la gestion du site sans aucune protestation , ni opposition extérieure.

 

le blog de christine ici

 

 

Écrit par louping | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.